Un peu plus tôt cette année lors de sa campagne présidentielle, le président élu Donald Trump, avait menacé entre autres Apple d’imposer une taxe de 35 % sur les produits comme les IPHONE qui sont fabriqués en dehors des États-Unis, afin de favoriser le retour à l’emploi aux USA. En partie probablement, à cause de cette annonce, Apple avait demandé en juin à ses fournisseurs principaux Foxconn et Pegatron d’étudier la possibilité d’assembler des IPHONE aux États-Unis et d’évaluer les coûts d’une telle opération. Pegatron avait tout de suite décliné cette étude demandée par Apple, en affirmant que cela entrainerait des dépenses bien trop élevées. Foxconn affirmait de son coté que la main d’oeuvre et les autres coûts associés seraient bien plus du double qu’actuellement. Il ne s’agit toutefois pas seulement d’un problème de coût de la main d’oeuvre, mais aussi un problème de savoir-faire qui se trouve pour l’instant uniquement hors du territoire américain (et notamment en Chine), et de flexibilité au niveau de l’embauche et du licenciement en fonction de la demande de production. En parallèle, Donald Trump avait aussi annoncé pendant sa campagne présidentielle de vouloir faire passer une mesure qui diminuerait la taxation à 10 % (actuellement à 35 %) sur les bénéfices réalisés hors des Etats-Unis, afin de récupérer des sommes colossales actuellement conservées à l’étranger par de nombreuses grandes sociétés américaines. Source Suivez l’actualité iPhon.fr Suivez nous sur Twitter Devenez fan sur Facebook Abonnez vous au fil RSS Vous aimez ? Partagez !

Source: IPhon

Comments are closed.